Citoyen du monde : 8th Wonderland

L’écran de son ordinateur affichait une page divisée en deux parties. A gauche, “OUI”. A droite, “NON”. Entre les deux, un trait vertical. Comment les choses pouvaient-elles être plus simples ? Rien ici ne pouvait venir perturber son attention. Le fond d’écran était noir, la typographie rouge et les deux options qui s’offraient à lui étaient seulement chapeautées par la question qu’on lui posait cette semaine. Plus qu’un clic et son opinion serait prise en compte.

Des choix, Tom en avait fait un nombre incalculable dans sa vie, du plus insignifiant au plus lourd de conséquences. Quoique, à cette minute précise, aucune des décisions qu’il ait eu à prendre par le passé ne lui semblait désormais réellement importante. Bien sûr, entre le parfum d’une glace et une spécialité à l’université, les implications n’étaient pas les mêmes. Mais elles ne concernaient qu’une seule personne : lui. Lui seul ferait la grimace en mordant dans un cornet pistache. Lui seul aurait pâti d’une mauvaise orientation dans ses études. Aujourd’hui, à 27 ans, son choix pouvait être déterminant pour la vie d’un homme et celle d’un peuple.

Tom réalisait à cet instant que sa première décision importante avait été prise il y a trois ans. C’est à cette époque qu’il avait fait le choix de devenir citoyen de 8th Wonderland. C’était un early citizen, un des premiers. Il avait tout de suite aimé cette idée de rejoindre un pays virtuel fait de citoyens du monde entier ayant à cœur d’améliorer celui-ci en décidant ensemble d’actions à mener. Une démocratie directe dans le virtuel pour changer le réel.

Au départ, leurs faits revêtaient avant tout un caractère symbolique et prenaient la forme de coups d’éclat lors de réunions politiques ou de sommets économiques. Ils faisaient ainsi connaître leurs revendications et installaient progressivement une pression sur les décideurs de la planète. Puis il avait vu les citoyens de 8th Wonderland se multiplier au fil des mois, et de motions en référendums, leurs actions coordonnées – pour déstabiliser une multinationale coupable de pollution à grande échelle ou pour dénoncer au grand jour des politiques mouillés dans un réseau de prostitution de luxe – étaient devenues bien plus percutantes et efficaces.

A présent, on les craignait. Mais parallèlement, Tom craignait son propre vote.

Depuis trois ans qu’il votait au sein de 8th Wonderland, il ne participait plus aux élections dans le “monde réel”. Il n’en voyait pas l’utilité, sa voix ne changeait rien, pas plus que celle des autres. Dans son pays virtuel, les référendums se concrétisaient et c’est bien cela qui l’effrayait aujourd’hui.

Il relut une dernière fois la question :

“Des soulèvements populaires en cours en Thaïlande sont quotidiennement réprimés dans le sang par l’armée. Pour sortir le pays de cette situation et faciliter le retour au pouvoir de l’ex-premier ministre en exil, êtes-vous favorable à l’élimination du premier ministre actuel ?”

Le compte à rebours avant la clôture du référendum égrainait les secondes. Il saisit la souris et cliqua.