“Je m’appelle Jules, j’ai 20 ans et je vais mourir” : Part. 4

Suite de “Je m’appelle Jules, j’ai 20 ans et je vais mourir”. Cliquez ici pour lire le début de l’histoire.

[La sinistre voix-off du train brise le mystère : “Vous avez pris place dans le train N°1980 en direction de Strasbourg”. Merci, je ne savais pas. L’Alsace donc. Pas très exotique, mais ça me convient pour une première étape. Le plus grand des voyages commence par quitter son canapé.]

Une fille, installée quelques rangées devant moi, me regarde du coin de l’oeil. Mais dès que je lève les yeux, elle détourne le regard. Blonde, yeux couleurs noisettes, l’air timide. J’aimerai lui parler, mais comment dois-je m’y prendre ? Je n’ai jamais vraiment fait le premier pas, je n’aime pas cela. Pourtant on ne peut pas vraiment dire que je sois un garçon timide. Cela peut vous paraître prétentieux, mais je préfère attendre qu’elles viennent vers moi. Ou alors elles ne viennent pas, et alors rien ne se passe… Mon voisin me sort de mes pensées.
Excuse-moi, tu aurais un stylo par hasard, j’ai perdu le mien.
. Oui, attends je regarde dans mon sac.
. Merci, c’est sympa
.”
Je lui tends un Bic. Noir, pour ceux qui aiment la précision. Mon voisin semble un peu plus âgé. Peut-être 25 ans. Grand, élancé, l’air sûr de lui, sans pour autant paraître hautain. Il reprend la parole.
Tu vas à Strasbourg pour le Congré des jeunes entrepreneurs du web ?
. Le congré des… ? Ah non, non, pas du tout.
. Tu es encore étudiant ?
. Oui. Enfin, plus vraiment. Je ne compte pas retourner en cours en fait. J’ai envie de voyager.
. Comme ça sans raison particulière ?
. Non, simplement l’envie.
. Mais tu assez d’argent de côté ?
. En fait non… Je trouverai des petits jobs.
. Ah. Ca va te paraitre soudain, mais j’ai peut-être un truc à te proposer. Je recherche des jeunes pour mon dernier site internet, qui marche plutôt bien.
. Je m’y connais pas trop en informatique tout ça tu sais…
. (Il sourit) Non, non, mais ne t’inquiètes pas, je ne recherche pas des informaticiens. Mais plutôt, des gens… de terrain, on va dire.
. De terrain ?
. Oui, en fait je suis le fondateur du site AdopteUnPote.com, je ne sais pas si tu en as entendu parlé.
. Non, pas du tout. Ca sert à quoi ?
. Le principe est hyper simple : nous proposons aux internautes qui se sentent seuls la compagnie d’une ami pour quelques temps. Nous leur donnons un peu de bonheur.
. Tu cherches donc des “amis” ?
. Exactement.
. Mais ça consiste en quoi exactement ?
. Tu dois tenir compagnie à notre client pendant un temps défini à l’avance, en générale une soirée. Les activités sont prévues à l’avance le plus souvent. Regarde, je te montre sur mon Mac. Prenons par exemple Benjamin. 19 ans, Strasbourg. A priori il s’ennuie, seul dans sa chambre. Il a envie de se faire un cinéma et de manger avec un pote demain soir. Il fait appelle à nous, car malheureusement il a très peu d’amis. Nous fixons le programme. Et puis notre client nous explique ce qu’il recherche exactement comme ami. Exemple : Benjamin souhaite un garçon cool mais sérieux, qui ne fume pas, qui aime le sport et qui supporte bien l’alcool. Aucun problème, nous lui trouvons l’ami parfait dans notre catalogue. Nous lui soumettons différentes propositions, il choisit et il passe une excellente soirée.
. Je ne sais pas si je pourrais faire ça, mentir tout ça, ce n’est pas trop mon truc…
. Mais qui te parle de mentir ! Au contraire, il faut que tu sois toi-même afin que tout se passe le plus naturellement possible ! Dis toi juste que tu passes une soirée sympa avec un inconnu et qu’en plus tu es payé pour ça ! “Ami imaginaire”, n’est ce pas l’un des plus jolis métiers du monde ?
. Si tu le dis…
. Essaye et si jamais cela ne te convient pas, tu arrêtes et on n’en parle plus ! Mais je suis sûr que tu sera bon, ton visage donne de suite confiance aux gens !
. Ecoute pourquoi pas, essayer une fois, de toutes façons j’ai besoin d’un job. Mais j’te promets rien pour la suite.
. Bien entendu, tu verras ! J’te propose cette mission demain soir à Strasbourg, avec ce Benjamin. Ca t’intéresse ?
. C’est pas un peu tôt ? Je n’ai pas besoin d’une formation ou je ne sais quoi ?
. Mais non, absolument pas ! Il suffit que tu sois toi-même. Toi-même je te dis !Tu n’as pas besoin d’une formation pour être toi si ?
. A priori, non. Je sais à peu près faire ça…
. Très bien, alors tu es partant ?
. Oui pourquoi pas, ça pourrait être une expérience marrante.
. Quel est ton prénom au fait ? Moi, c’est Ludovic.
. Jules.
. Ok, Jules. Alors pour être plus concret, cette mission doit durer 5 heures. Toutes les indications te seront données par mail, il faut donc que tu me donnes quelques renseignements, comme ton adresse mail et ton numéro de téléphone. Et pour cette simple soirée, tu toucheras 75 euros. Pas mal, non ?
. Ah oui, c’est plutôt cool. Très bien, ça me va
.”

Je ne sais pas dans quoi je m’embarque. Ce fameux Benjamin, sans ami, pourrait très bien un sociopathe. Peut-être mon destin va-t-il finir dans un numéro de Faites entrer l’accusé. Un épisode intitulé “RencontreAvecUnSerialKiller.com”. Ou peut-être je vais empocher 75 euros pour aller au ciné et dîner avec un mec hyper sympa, mais juste trop timide. Bizarre quand même le concept d’AdopteUnPote.com. Il faut être un peu tordu pour y penser, mais bon a priori il y a une demande. J’ai l’impression un peu d’être une prostitué mais qui n’a pas besoin de coucher. Je suis un garçon de joie. Drôle de sensation que de se dire cela. Il paraît que les putes ont un peu également la fonction d’assistante sociale. Parfois, les clients recherchent avant tout un réconfort, une épaule sur laquelle pleurer. J’ai vu ça dans des films. Mais bon, s’il y a également une bouche pour les accueillir, ils en profitent au passage. Ma bouche ne sera pas disponible pour Benjamin, je préfère prévenir.

Nous arrivons à Strasbourg. Ludovic me salue et me promets de m’appeler pour le soir-même afin de me donner les détails de ma “mission” du lendemain…