Porter des lunettes de soleil en Écosse

Chaque personne a un tic marquant le véritable début de ses vacances. Comme éteindre son portable, porter sa casquette fétiche ou enlever sa montre. Celui de Laurent* est d’une simplicité égale à celles citées précédemment : porter ses lunettes de soleil. Mais voilà, cet été il va en Écosse, pays où la saison chaude ressemble à l’automne dans le Limousin. Pour preuve, l’un de ses dictons : “Si tu peux voir la colline d’en face, c’est qu’il va pleuvoir. Si tu ne peux pas la voir, c’est qu’il pleut déjà”.

Dès l’arrivée à Édimbourg, il sent que la partie va être compliquée. Alors il scrute le ciel. Au moindre rayon de soleil, il se précipite sur son étui, glissé dans son sac, et sort fièrement ses lunettes de soleil. Il a même eu l’audace d’en prendre deux paires : l’une classique et l’autre qu’il qualifie lui-même de “lunettes de pouffe”. Laurent profite au mieux de cet instant de bonheur, qu’il sait de courte durée. Cinq minutes plus tard, le soleil se remet à jouer à cache-cache avec les nuages, et il est vraiment doué tant on peine à le trouver.

Laurent quitte alors la magnifique cité d’Édimbourg pour sillonner le pays, direction le Nord. Là, les choses se gâtent. Inverness, ville située à proximité du mythique Loch Ness, ferait passer Lille pour une ville de la Côte d’Azur. Les journées sont rythmées par la pluie. Un escalier porte même le nom de “Raining Stairs”. Dommage, il loue un appart’ avec une magnifique terrasse. Il s’y rend quand même et en revient trempé jusqu’aux os. Malgré ces petits tracas, Laurent garde le sourire. Il a simplement abandonné ses lunettes de soleil, qu’il a même enlevées de son sac. Il les reprendra dimanche, à son retour à Paris. Geste qui marquera la fin de ses vacances.

* Le prénom a été changé pour éviter toutes représailles