Un gosse au ciné : Toy Story 3

Damien, il est excité parce que tous ses copains lui ont dit que le film était trop cool. Il trépigne dans le gros fauteuil rouge du MK2 Bibliothèque trop grand pour lui. Il plonge la main dans son sachet de Haribo quand les énormes chamallows de la pub foncent sur le public. Il a les siens, en vrai et les autres le regardent jaloux. Ils sont frustrés de ne pas avoir pu attraper ceux qui volaient en 3D au-dessus de leurs têtes. Pourtant, ils ont tous tendu les bras. Alors que Damien, lui, il sait bien qu’on ne pouvait pas les attraper.

Il a mis ses lunettes dès l’entrée dans la salle. Elles lui bouffent tout le visage mais elles lui donnaient un air drôle. Quand le film commence, Damien claque dans ses mains d’excitation. Il retient son souffle pendant les premières images, rit à gorge déployée de nombreuses fois. Il applaudit les répliques de Barbie et frissonne quand le suspense se fait intense. Il chante « hay un amigo en mi » du mode espagnol de Buzz en faisant battre ses pieds.

Soudain, sa gorge se serre. La fin approche, il est profondément ému. Il aurait presque honte de cette vague de bons sentiments qui lui soulève le cœur. Il passe le doigt sous les lunettes, discrètement, pour que l’on ne s’aperçoive pas que ses yeux se brouillent. Il essuie ses larmes du bout de son index. La salle renifle. Il compte sur son obscurité pour que l’on ne s’aperçoive pas de ses larmes. Il a passé l’âge après tout Damien. Il redoute le moment où la lumière se rallumera et que l’on verra ses yeux rouges une fois enlevé ce gros masque qui les cache encore pour quelques instants.

Il ne bouge pas pendant le générique. Il sourit tendrement devant les images du bêtisier. A nouveau, il éclate de son rire d’enfant.

Les gens se lèvent, ils quittent la salle, il en fait de même. Il sort, cherche ses clés de voiture. Damien se met au volant et démarre, direction son appartement.